Sao Tomé et Principe : l’île des randonneurs

« Le paradis n’est pas sur la Terre, mais il y en a des morceaux. » Cette citation de Jules Renard colle parfaitement à Sao Tomé-et-Principe, minuscule Etat africain, le plus petit après les Seychelles. A peine plus de I 000 kilomètres carrés ! Discrète, cette ancienne colonie portugaise, point quasi invisible sur le globe, ne reçoit que quelque sept mille visiteurs par an. Essentiellement des passionnés d’ornithologie et de botanique qui se régalent des paysages préservés et de ses habitants particulièrement chaleureux.

Quel plaisir de se perdre dans le parc national de l »Obô où la végétation luxuriante, traversée par des torrents et des cascades, plonge dans une jungle inexplorée entre bégonias pourpres géants et fougères arborescentes. Pour tenter d’apercevoir une nuée de papillons ou d’oiseaux exotiques, il faut marcher quelques heures au cœur de cette flore tropicale. Mais un tel spectacle mérite ces quelques efforts.

Le voyage se poursuit vers Penta Baleia. Deux heures trente de marche sur une route abrupte pour embarquer à bord d’une chaloupe, puis d’un bateau à moteur pour une traversée de vingt minutes avant d’accoster sur l’île de Rolas, confetti de terre volcanique où farniente, plongée, pêche et dégustation de poissons grillés sont les principales activités. Petit détour jusqu’au Padrâo, monument juché sur un pro- montoire qui symbolise la ligne de l’Equateur, tracée sur un planisphère en mosaique. On joue les Robinsons, heureux de pouvoir faire escale dans les confortables bungalows en bois exotique de l’hôtel Pestana.

De retour à Sao Tomé, la capitale, on visite les rocas, ces vastes demeures coloniales abandonnées où cohabitaient colons portugais et esclaves. Leurs vestiges se dressent au milieu des anciennes plantations de cacao qui furent longtemps la grande richesse de l’archipel premier producteur mondial de la fève, d’où son surnom d' »ïle chocolat ». Aujourd’hui, l’exploitation reprend peu à peu (4 000 tonnes ont été exportées l’an passé). C’est que le chocolat fabriqué à partir du cacao d’ici est reconnu comme l’un des plus fins et subtils. Claudio Corallo, Italien passionné par la qualité et spécialisé dans l’agronomie tropicale, torréfie ses fèves sur place et organise des visites de son exploitation avec dégustation à la clé des plus grands crus. Parmi ses prestigieux clients, Guy Martin, chef étoile du Grand Vefour, à Paris. Plus modestes certes, les cartes des restaurants locaux sont néanmoins savoureuses. Fruits tropicaux, avocats, ananas et bananes, poisson frit accompagné de fruta-pào (fruit de l’arbre à pain) ou de bananes plantain constituent des mets de choix. Les cocktails à base d’eau de coco se sirotent au soleil en écoutant Sodade, la ballade de la chanteuse capverdienne Cesaria Évora. Dans cette chanson, aujourd’hui tube mondial, l’artiste aux pieds nus évoque Sao Tomé justement. Un éden qui, demain peut-être, sera aussi prisé que le Cap-Vert, vœu que formulent les Santoméens qui adorent accueillir les voyageurs et leur livrer les secrets de leur île et de leur art de vivre qui se résume à cette devise répétée à l’envi : leve, leve (« doucernent, doucement. ») »

Y aller :

Avec Héliades. Réservations 0892 23 15 23.

https://www.heliades.fr/

L’hôtel Club Santana 4*, un cadre paradisiaque à Sao Tomé

Ce splendide hôtel vous accueille en bordure d’une belle palge privée à Santana, à 15 km de la ville de Sao Tomé. Une vue sur l’océan à couper le souffle, un superbe jardin tropical, une belle piscine à débordement face à la mer… l’hôtel Club Santana figure incontestablement parmi les meilleures adresses de Sao Tomé. Vous serez logés dans l’un des 31 bungalows récemment rénovés. Le restaurant de l’hôtel club Santana propose une cuisine locale et internationale. Pour vos loisirs, outre la piscine à débordement, vous profiterez d’un bain à remous et de nombreuses activités : paddle, marche sportive, aquagym, canoé et massages payants face à la mer.

Les autres hôtels à Sao Tomé

L’Omali Lodge 4* est situé en bordure de la plage de Praia Lagarto. Ce petit hôtel de 30 chambres et suites dispose de 2 restaurants, d’une piscine extérieure, d’un terrain de tennis et d’une salle de remise en forme.Le Pestana Equador Island Resort 4* vous accueille sur l’îlot de Rolas près d’une belle plage de sable. Piscine, billard, volley-ball, initiation à la plongée, espace de bien-être… les loisirs ne manquent pas dans cet hôtel de 66 chaùbres et suites.C’est face à la baie de d’Ana Chaves à 5 min à pied de Sao Tomé que le Miramar by Pestana 4* vous réserve de belles surprise. Cet hôtel de 59 chambres dispose d’un restaurant, d’une piscine et offre un cadre parfait pour pratiquer la pêche et la plongée.

Césaria Evora Petit pays

Un avis sur « Sao Tomé et Principe : l’île des randonneurs »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :